vendredi 24 août 2007

Exceptionnel

Petite note légère pour rire le coup (Parce que c’est pas le genre de la maison habituellement). Depuis mardi, mon ami de toujours, Ben, est en visite à Dublin pour me voir et très accessoirement faire un peu de tourisme. C’est un plaisir pour moi que de le voir, surtout que c’est une véritable ceinture bleue, il me prépare de fins repas tous les jours, et chaque soir, c’est de meilleur en meilleur.

Parallèlement, des copains de Ben sont en ce moment en train de visiter leur frère qui lui vit à Dublin. Bref, ça donne l’occasion de sorties entre français en meute dans les pubs locaux (n’oubliez pas ce qu’à dit le Lonely Planet : les pubs font partie de la fête à Dublin, nous on suit).

Forcément qui dit sortie entre mecs (beaux gosses en plus, si), dit regards avec les nanas. Ben et moi avions descendus deux pintes de Guinness (je sais oui, on est de gros buveurs), ses potes en étaient à leur troisième pinte, bref, on avait un petit côté viril désinhibé qui ne demandait qu’à s’affirmer*enfin dans les mots, parce que dans les actes, il a fallu prendre le taureau (si je puis me permettre) par les cornes. Le pote BG de Ben et moi, on s’en fout, nous, des gonzesses ; on est déjà maqué (« jusqu’au bout du slip » s’est d’ailleurs laissé dire le pote ; mais Ben, lui, il ne l’est pas (c’est pour ça hein, sinon, on n’aurait jamais regarder les filles). Et là, vous savez ce que c’est, quand il s’agit de rendre service à un pote.

Comme je suis gentil, je me suis dévoué. C’est facile d’aller faire le con avec les filles, si je me prends un revers, je peux tout de même revenir en roulant des mécaniques vers mes potes, en fronçant les sourcils et dire « Ahah ! Je m’en fous, moi de toute façon j’ai ma copine à Paris ! ». Le pote BG de Ben a dû avoir le même raisonnement, parce qu’il m’a suivi. Bref, j’arrive, je cherche du regard la plus belle (bon, d’accord, la moins moche), et je lui dis « Je suis français et je cherche désespérément à trouve une amie avec qui je pourrais discuter un peu en anglais pour améliorer mon anglais ». Maîtrise, passion et sensation, ce sont les trois maîtres mots que le BG et moi-même étions en train d’appliquer pour tchatcher ces demoiselles avec nos accents et notre anglais scandaleux.

Mais moi bien sur, je perds pas le Nord ! J’étais là pour mon ami Ben. Du coup, j’appelle mon Ben afin de le présenter à la gamine.

A ce stade de l’histoire vous voulez une chute ?
Les filles sont parties dans un autre pub et nous on est parti se coucher.

3 commentaires:

Sboubi a dit…

Dublin's blues ou l'art de la lose.:)

Geoffrey a dit…

Oh que oui :o)

Gilles a dit…

C'est bo le dévouement :-)
remarque 9 fois 10 ça se termine comme ça, on connait la chanson.

J'aime bien ton blog , Geoffrey, ça me confirme tt le bien que je pense de certaines personnes du forum.
Au moins on rigole ici.

je te souhaite une bonne continuation en terre irlandaise ( perso, je m'étais arreté à Cork quand j'étais plus jeune, et ensuite trop saoul pour aller plus loin lol : 3 semaines à Cork et Killarney génial).

Je repasserais te lire, le forum, je mets en berne un moment.