mercredi 22 août 2007

L'histoire de mon sourire niais

Après cette petite pausette, nous allons reprendre où nous en étions resté, c’est à dire à cette regrettable histoire d’exhibitionnisme. Depuis j’ai repassé un slip, et ma vie a reprit des allures de triste normalité. Avant de venir en Irlande pour montrer mon cul, j’étais ici pour faire un stage, et je suis sur que vous mourrez d’envie de savoir comment cela se passe, un stage en Irlande. Ben oui, mais avant ça, encore faut il passer le cap du premier jour.

Tout a commencé un lundi matin de juillet, le 9 exactement. Je me suis présenté au cabinet avec, déjà, un culot certain : pas rasé, cheveux en pétard et français ! Certains en ont rêvé, Geoffrey l’a fait.

Je suis accueilli par la responsable des RH qui a fait une pierre deux coups (j’aurais fait la même) ce jour était également le premier jour d’une secrétaire juridique. « I’m so nervous» me dit-elle. « Et moi donc », me dis-je à moi même (So am I, oui, je sais, mais ça m'était pas venu sur le coup). Et puis arrive donc la RH, et les deux commencent à papoter. Et moi je fais la première rencontre avec le Geoffrey Irlandais : inconsciemment, et pourtant, j'affiche un sourire niais...mais que dis-je ? MON sourire niais Irlandais. Ce sourire est devenu mon seul outil de communication ici, inutile donc de vous préciser que l’on parle d’un sourire niais de qualité supérieure, une sorte de chef d’oeuvre de la niaiserie).
C'est à la cantine, avec un café (sans lait merci) que l'on est accueillis, et ça re-papote tandis que moi j’affiche toujours mon sourire niais, radieux. La nouveauté, c'est qu’on s’aventure à me poser une question. C'est alors que je fais connaissance avec mon second outil de communication qui deviendra mon petit classique à moi, je veux biensur parler de mon premier « I’m sorry ??! ». Ce premier "sorry" a un effet immédiat puisque la responsable des RH ainsi que Miss Pipelette ont une révélation : « Where are you from ? ». « France, moi, Paris ». Ca calme. Silence. Ce n’est plus un sourire niais qui s’affiche alors, mais trois sourires niais. Le Français a une réputation (incompréhensible) d’être nul en anglais. Ah ces putains de clichés !

Puis, c’est le moment de l’affectation, je veux dire le moment où on vous présente dans votre département. En France dans ces moments comparables, on fait le sympa, on parle de son expérience. Bon, déjà en français, je cassais l’ambiance quand je parlais de mon parcours. « Qu’est ce que tu fais en ce moment Geoffrey ? » « Je fais un M2 droit des affaires ». « Ah super ! Lequel ? » « Amiens ». « Ah ». (Seul le juriste peut comprendre là je crois).

Ici, j’ai repris le parti de sourire, toujours le plus niaisement possible. Secrètement, j’espérais qu’on ne me poserait pas de question. De toute évidence, les gens n’avaient pas été au préalablement informé que le petit frenchie avec un problème avec la langue de shakespeare. L’avantage en revanche, c’est qu’il me suffisait d’ouvrir la bouche pour que tout le monde le comprenne (et j’ai pas écris « me » comprenne). Ca c’est l’efficacité irlandaise.

J’ai expérimenté la solution de troquer le sourire niais pour un air passionné lorsqu’une personne s’aventurait à me dire quelques mots. J’ai pris le parti de bouger la tête au rythme du débit de parole et les résultats sont concluants : ça marche plutôt pas mal. La personne se sent comprise et manifestement heureuse de l’être. Jusqu’au moment où elle te pose une question et se rend bien compte que tu n’as rien capté du tout. Moi ça m’attriste dans ces moments là, je suis quelqu’un de très sensible et je me dis que ça doit être frustrant de se dire qu’on a parlé dans le vent pendant cinq minutes. Je suis un grand humaniste moi.

Les difficultés de la présentation des collègues :

- Les prénoms. Je me souviens que la responsable des RH m’a dit « bon je te présente pas tout le monde dans l’open space, ce serait trop long ». Oui, mais y’a quand meme une connasse qui s’est sentie obligée de me tendre la main : «I’m Mairéad, how are you doin ? ». « euh*I’m sorry ?” “Mairéad” . « ??? » “Mair ré ad” « Ah ».

- Se souvenir des prénoms.

- Gérer le sourire niais, la compréhension et l’expression. (Pas évident DU TOUT).

La découverte de son environnement de travail :

Ici, tout est fait pour que je me sente le plus heureux du monde. En France, une pareille situation m’aurait ravie. On m’a mis dans un grand bureau tout seul. Il aurait été en effet dommage que je sois en open space avec les collègues au risque de devoir parler avec eux et d’améliorer mon anglais ! Je prends donc possession de mon outil de travail, un Dell noir déprimant, un PC quoi.

Dans un premier temps, je fais ce que tout stagiaire fait (sauf mes collègues de l’école du barreau, eux quand ils arrivent, ils sont déjà sur un gros dossier décisif pour la réputation du cabinet), c’est à dire que je vais sur internet. Et là ! Misère ! L’accès aux webmails est bloqué, idem pour MSN (suivez mon raisonnement) idem pour MSN webmessenger (ce truc ne sert d’ailleurs qu’aux stagiaires : il permet d’aller sur MSN sans pour autant l’installer). Je m’en fous, moi j’ai pensé à eBuddy, le service informatique lui n’y a pas pensé. Les onglets Google trad’ sont installés, eBuddy est connecté et mon jeu flash avec les hamsters est chargé...

Je suis fin prêt pour travailler.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Salut, c'est Sboubi

Hahaha j'adooooore ! bon je serai la 1ère à faire un commentaire aujourd'hui donc ! ça me fait penser à mon petit séjour en Ecosse, quand, fière de ma note de 16,5 en anglais au bac, avec coeff 4, où je m'étais distinguée devant l'examinateur en chantant une chanson des Beatles, je pensais pouvoir m'en sortir les doigts dans le nez devant un Ecossais pur cru ! Que nenni ! C'était sans compter avec ce foutu accent, qui ne ressemblait en rien à l'anglais policé d'Oxford de "My taylor is rich" mais plus à une bouillie informe et guturale, tout comme le haguis qu'ils te servent (où la fameuse panse de brebis farcie).
Alors le sourire niais, je connais, le hochement de tête aussi et la question piège qui te scotche à la fin, aussi ! Au fait qu'est ce qu'on dit "Do you can ?" ah non "Can you" ! pffff faut dire, le bac, c'est loin !
Merci Geof pour cette petite bulle d'humour, d'autodérision et d'intelligence ! j'avais déjà décelé ça chez toi sur le forum, mais là, tu te surpasses !
(forum qui est entrain de se barrer grave en couille en ce moment d'ailleurs, mais là c'est une autre histoire). ;o)

banji a dit…

bon bah moi ma poule c officiel ton blog me fait marrer, ça y est c'est dit c plié c'est un rendez vous du quotidien que je ne manquerai pour rien au monde...

keep it blog